> 6 - Pédagogie / Formation > Actions AU COLLEGE > Numérique, communication, presse (Collège) > Créer un recueil de contes publié sous la forme d’un livre numérique en classe (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Créer un recueil de contes publié sous la forme d’un livre numérique en classe de 6e Segpa du collège REP+ Jean Moulin d’Aubervilliers (93)

23 août Version imprimable de cet article Version imprimable

Créer un recueil de contes publié sous la forme d’un livre numérique

Constat : Les élèves de 6ème SEGPA ont d’importantes difficultés dans l’apprentissage de la langue, notamment à l’écrit.

Projet : Amener les élèves à écrire des contes et publier leurs productions sous la forme d’un livre numérique grâce au site Calaméo.

Objectifs :

- Connaître le schéma narratif du conte

- Maîtrise de la langue

- Maîtrise de l’outil informatique (rédaction avec le traitement de texte, mise en page, insertion des illustrations)

- Travail en groupe

Modalités : Au sein du collège Jean Moulin d’Aubervilliers (REP+) un travail pluridisciplinaire a été mis en place entre Claudia LE GUELLANFF, professeur documentaliste et Fabien TEILLAC, professeur de la 6ème SEGPA.
La classe de 6ème SEGPA (15 élèves) et leur professeur M. Teillac sont venus travailler au CDI 1h par semaine pendant l’année scolaire 2015-2016.

Déroulement : Pour mettre en place notre dispositif, nous avons élaboré une démarche de projet. Cette dernière s’oriente vers une production concrète, en l’occurrence la production de contes. Elle induit un ensemble de tâches dans lequel tous les élèves peuvent s’impliquer et jouer un rôle actif.

Le rôle de chacun peut varier en fonction de leurs capacités et de leurs intérêts. Ainsi, lors des phases de travail en groupe, chaque élève a vu sa fonction varier. Cette démarche permet de différencier le rôle des élèves en fonction de leurs capacités. Elle suscite l’apprentissage de savoirs et de savoir-faire de gestion de projet (décider, planifier, coordonner, etc.). L’idée étant l’élaboration d’un conte après en avoir défini les attributs essentiels. Ainsi avant même la rédaction d’un conte il convenait d’en lire et de les analyser. Les élèves ont été amenés ensuite à classifier le contenu des contes, trier les attributs essentiels du conte (par exemple les personnages des contes, les temps verbaux utilisés, le schéma narratif…). La démarche favorise en même temps des apprentissages identifiables figurant au programme d’une ou plusieurs disciplines, ici le français mais aussi des compétences transversales comme le travail en groupe.

Le projet a commencé par la lecture à voix haute, par le professeur documentaliste, d’une sélection de contes (Blanche Neige, Fleur de Cendre, ….). A l’oral, les élèves ont identifié les éléments qui revenaient régulièrement dans les histoires. En parallèle de cela nous avons étudié le schéma narratif en classe de manière plus approfondie.

Au CDI, pour que les élèves repèrent bien les éléments indispensables dans un conte, nous avons utilisé les pistes pédagogiques liées à l’écriture de contes, publiées sur le site de la BNF. Cet outil permet aux élèves de choisir des “ingrédients” dans une liste afin de créer une histoire inédite reproduisant le schéma narratif du conte. Les enseignants ont ensuite créé des groupes équilibrés et le travail de rédaction a pu débuter. Pour guider les élèves, nous avons créé une carte mentale reproduisant le schéma narratif et les éléments attendus dans un conte. Chaque groupe devait alors remplir les différentes cases du document. Pour cela les élèves pouvaient se servir de leurs souvenirs de lecture, des “ingrédients” vus sur le site de la BnF ou encore du jeu de cartes “Il était une fois” mis à leur disposition au CDI.

Lors des séances précédentes les élèves ont dû identifier les attributs essentiels en comparant plusieurs contes. Ainsi, il a été procédé à un premier travail sur les attentes de ce type de production écrite. Le conte nécessite une cohérence dans son déroulement ce qui a permis de travailler sur la cohérence textuelle et la prise de conscience pour certains élèves de son importance dans les écrits qu’ils produisent.

A partir de leur carte mentale les groupes ont pu construire leur histoire, ils ont ainsi confronté leurs idées, auto-évalué la cohérence de leur texte. Le travail en groupe a permis une régulation dans la rédaction. Le travail a été collaboratif.

Les groupes ont aussi été amenés à réfléchir aux illustrations qui accompagneraient leur conte. Cela leur a permis d’avoir un retour réflexif sur leurs personnages (la représentation qu’ils en ont) ; des lieux…

Avant de passer à une rédaction définitive les élèves sont passés par des phases intermédiaires, des brouillons. Ainsi, pour parvenir à l’écrit final les élèves sont passés par différentes phases d’écriture. Ils ont pu planifier, mettre en texte, en mots, réviser, reprendre et améliorer. Ensuite seulement ils sont passés à une rédaction sur ordinateur où il a été question de la mise en page et du rapport entre le texte et les images.

Le projet était long mais nous supposions que la motivation des élèves serait maintenue et encouragée à l’idée que les contes réalisés seraient lus par d’autres élèves du fait de leur mise en ligne, notamment sur le site du collège. Ainsi, les élèves ont été incités à considérer le récepteur réel, à savoir le lecteur qui lira le conte sur internet. La tâche prenait alors tout son sens, il s’agissait pour eux non pas d’exécuter uniquement ce que demandait le professeur, mais également de réfléchir au fait qu’ils devaient écrire pour un tiers, ce tiers étant une personne bien réelle et donc non perçue comme un enjeu fictif.

Le recueil de contes a été imprimé et relié en quelques exemplaires. Ils ont été déposés en salle des professeurs et au CDI. Mais, étant dans un collège numérique très bien équipé (postes informatiques et vidéoprojecteur dans chaque salle de classe, ENT), nous avons décidé de mettre en ligne le recueil pour le partager avec l’ensemble de la communauté éducative. Nous avons choisi Calaméo qui est un site français de publication et de partage de documents. Il a l’avantage de proposer une option “livret” qui permet de feuilleter le document comme un livre. Il n’y a pas de publicités et le document peut rester privé. Il suffit alors de copier le lien de partage à envoyer à la communauté éducative via la boîte mail de l’ENT. Ce lien a également été partagé sur le portail esidoc du CDI.

Le projet s’est achevé à la médiathèque André Breton avec laquelle nous travaillons beaucoup. Les élèves de la 6ème SEGPA ont ainsi pu visiter les locaux, découvrir le fonds de contes de la médiathèque et enfin assister à une représentation d’une conteuse professionnelle.

Ce projet a été conduit avec succès deux années de suite avec des classes de 6ème SEGPA, avec le concours de leurs autres professeurs : Nathalie SI AMER, Nathalie GAMEIRO COSTA et Pauline CANDELLIER.

Bilan : Ce projet a plusieurs intérêts. Il a permis de familiariser les élèves de SEGPA avec le CDI. D’ailleurs, d’un point de vue statistique, ces élèves, un an après, continuent à fréquenter le lieu et à emprunter des livres. En l’occurrence, le taux d’emprunt de la 5ème SEGPA de cette année (élèves avec qui nous avons fait le projet l’année dernière) se situe légèrement au-dessus de la moyenne pour ce niveau. Ce constat est d’autant plus positif que les élèves de SEGPA ont généralement un rapport difficile avec l’objet livre.

Cela a également permis d’établir un rapport de confiance entre ces élèves et le professeur documentaliste, identifié comme un interlocuteur privilégié pour les aider dans leur travail.
Le changement de cadre de travail (au CDI) a également permis la création d’un environnement propice à la réalisation de ce projet. Les élèves ont pu se retrouver en autonomie pour réaliser leurs recherches documentaires et chaque groupe a pu se construire son propre espace de travail.
Tout au long du projet, les compétences des uns et des autres ont été valorisées en fonction des tâches demandées (rédaction, dessin, informatique).
L’aboutissement du projet à la médiathèque André Breton permet de plus l’appropriation par les élèves de leur environnement culturel proche et d’identifier un autre lieu ressource en dehors du collège.

Annexes :
- Lien de la BNF
- Carte mentale : voir document en PJ
- Lien d’accès pour lire les contes de la 6ème SEGPA rédigés en 2015/2016

Extrait de çarep.ac-creteil.fr du 18.08.17 : Crėer un recueil de cotes publié sous la forme d’un livre numérique

Répondre à cet article