> 6 - Pédagogie en ZEP > Dédoublement CP et "Plus de maîtres que de classes" > Mise en oeuvre du dédoublement des CP (et suppression de postes PDM) dans (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Mise en oeuvre du dédoublement des CP (et suppression de postes PDM) dans plusieurs départements (31, 06, 08, 13, 36, 25) (ToutEduc)

13 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Mise en œuvre des CP à 12 dans plusieurs départements (31, 06, 08, 13, 36, 25)

En Haute-Garonne (31), le DASEN a supprimé 22,5 des 29 postes de REP+, remis au mouvement (lire ici et ici). 18 écoles sont concernées. Il est prévu, selon le SNUIPP d’utiliser une centaine de contractuels pour faire face aux autres besoins, mais pas sur ces CP dédoublés. Reçu en audience au rectorat hier mardi 11 juillet 2017, le syndicat SNUIPP départemental, dénonce une "politique de précarisation", et il a demandé à ce que soit fait "un recours massif à la liste complémentaire", soit 92 professeurs des écoles dans l’académie de Toulouse, plutôt qu’à des contractuels, "quitte à les mettre à 100 % de leur temps sur le terrain et les former l’année suivante". Une demande qui a reçu, selon le syndicat, une fin de non recevoir. Toujours selon le syndicat FSU du 1er degré, seuls 20 enseignants ont été pris sur cette liste alors que le ministère aurait "autorisé d’aller jusqu’au 40e". Cette année, 66 contractuels avaient déjà été "utilisés" pour faire face aux besoins dans le 1er degré. Pour cette année, 2 écoles toulousaines font face à des problèmes de locaux pour mettre en place la mesure. À Ernest Renan, où le DASEN envisageait au départ un CP à 24 avec 2 enseignants, décision a été prise de créer 3 CP à 17 "avec le maintien d’un PDMQDC" (maître surnuméraire) qui sera affecté à ces 3 CP, indique le SNUIPP. À Marcel Pagnol, aucune solution n’a encore été trouvée. Le SNUIPP craint la fermeture de la BCD (Bibliothèque centre de documentation) au profit de la classe dédoublée.

Dans les Alpes-Maritimes (06), toujours selon le SNUIPP, le DASEN a pris 14 supports "PDMQDC" (Plus de maîtres que de classes) qui vont être affectés sur les postes des classes de CP en REP+ et il a transformé 18 postes de la brigade départementale de remplaçants pour les réaffecter sur le dispositif. Le syndicat aurait néanmoins obtenu qu’au sein de l’équipe de PDMQC, les enseignants concernés puissent faire un autre choix pour cette rentrée. En revanche, indique le syndicat, "il y aura l’an prochain une mesure de carte scolaire qui impactera forcément les collègues PDMQC qu’ils soient sur un CP ou sur une autre classe". La mairie de Nice qui "passe dans toutes les écoles concernées pour faire le point" sur les locaux a décidé par ailleurs que, là où il n’y aurait pas de local, la classe serait séparée en deux par une cloison.

Dans les Ardennes (08), selon le SNUIPP, le DASEN supprime 6 PDMQDC qui redeviennent "simples adjoints" et ne précise pas sur quels postes ils seront redéployés, alors que 2 PDMQDC deviennent "PDMQDC prioritaires CP". Il ouvre par ailleurs 5 postes pour les 12 écoles concernées sans que l’on sache pour l’instant s’ils seront ou non affectés à ces CP.

Dans les Bouches-du-Rhône (13), le DASEN, qui "a affirmé ne pas vouloir trop toucher aux PDMQDC comme aux remplaçants", indique le SNUIPP, souhaite dédoubler les 165 CP REP+ du département dès maintenant. Pour cela, indique le SNUIPP, il veut utiliser les 10 postes mis en réserve pour des ouvertures, utiliser des remplaçants (sur les 50 postes créés au CTSD de février) "sans précision de nombre", et 30 enseignants de la liste complémentaire, embaucher des contractuels. Il prévoit le redéploiement de 20 PDMQDC (sur 88). 25 PDMQDC ne sont pas attribués, selon le syndicat.

Dans l’Indre (36), selon le SNUIPP, les 3 PDMQDC sont maintenus en zone rurale. 2 PDMQDC sont utilisés pour les CP dédoublés, 1 est conservé en PDMQDC et 2 postes sont créés pour les 3 écoles des 2 REP+ que compte le département.

Dans le Doubs (25), 8 écoles en REP+ ainsi que l’école Fourier, "école ’orpheline’, non rattachée au REP+ Diderot, mais localisée dans le même quartier de Planoise" (Besançon), seront concernés par la mesure de dédoublement des CP dès la rentrée 2017, indique le rectorat de Besançon. Cette mesure nécessite la mise à disposition de 19 classes de CP supplémentaires. Selon le SNUIPP, il a fallu trouver 30 postes supplémentaires : 9 postes de PDMQDC ont été supprimés pour être "transformés", 12 postes de remplaçants ont également été supprimés et le DASEN utilise l’équivalent de 4 ETP dans la provision destinée aux décharges de maîtres formateurs. La syndicat indique par ailleurs que cela a donné lieu à une fermeture de classe et à une hausse des seuils d’ouverture de classe qui dépassent désormais les 27 élèves en élémentaire et 30 en maternelle. Le rectorat précise par ailleurs, concernant les locaux, que la mise en place de la mesure "a donné lieu à un examen avec les services compétents des mairies". "Lorsqu’il ne sera pas possible de disposer à cette rentrée de salles de classes supplémentaires, il est prévu d’affecter 2 maîtres dans une même salle avec 24 élèves."
Camille Pons

Extrait de touteduc.fr du 12.07.17 Mise en œuvre des CP à 12 dans plusieurs départements (31, 06, 08, 13, 36, 25

Répondre à cet article