> 6 - Pédagogie / Formation > Actions AU COLLEGE > Français et langues (Collège) > B* "Tous lecteurs, tous auteurs ! de l’écrit à l’auctor". Convergence de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* "Tous lecteurs, tous auteurs ! de l’écrit à l’auctor". Convergence de pratiques de lecture et d’écriture en lien avec le numérique au collège REP Peiresc de Toulon

4 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Tous lecteurs, tous auteurs ! de l’écrit à l’auctor en REP

Collège [REP] Peiresc
BOULEVARD DE STRASBOURG , 83000 TOULON
Site du collège
Auteur : Strentz Muriel
muriel.strentz@ac-nice.fr

(et non pas murielle.strentz@ac-nice.fr, comme il est indiqué par erreur sur la fiche Expérithèque)

Dans le cadre de l’appel académique "Tous lecteurs, tous auteurs", l’équipe a pour ambition de contribuer collectivement à former des lecteurs et des auteurs avertis d’autant plus qu’elle évolue en réseau d’éducation prioritaire : lecteurs de consignes d’apprentissage, de romans ou contes de la littérature française ou étrangère, scripteurs de textes manuscrits ou numériques et pourquoi pas auteurs de textes aboutis et publiables, le panel de projets proposés converge vers un seul but : allier le plaisir à l’exigence et à la bienveillance dans les apprentissages tant de la lecture que de l’écriture.
Les pratiques de lecture proposées visent à développer le goût de lire et d’écrire dans le respect des normes linguistiques et du niveau de langue requis pour bien vivre en société. Ainsi le projet conjugue la problématique de l’écrire, du lire et du numérique et la question du sens des apprentissages pour les élèves. Il s’inscrit résolument dans les objectifs du projet d’établissement et du projet de réseau d’éducation prioritaire dont l’objectif est « La maîtrise de la langue par la maîtrise des langages en prenant en compte le socle commun.

Plus-value de l’action
Le plaisir d’apprendre et le plaisir d’enseigner

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
6 classes : 3 classes de 6ème, 3 classes de 5ème

A l’origine
Une partie des élèves du réseau d’éducation prioritaire Peiresc a des difficultés à lire et écrire. Il est nécessaire d’accompagner les élèves afin de ne pas creuser les inégalités dans l’accès aux savoirs spécialisés prodigués au collège.
Le diagnostic du projet d’ensemble repose sur plusieurs facteurs :
• du côté des élèves : le constat que des difficultés importantes au niveau de l’écriture et de la lecture subsistent à l’entrée en 6è et qu’une pédagogie classique risque de pénaliser encore plus des élèves déjà fragilisés voire démotivés ; le fait que la proportion d’élèves nécessitant un PAI, un PAP ou de profil DYS augmente dans les classes du REP et que les réponses doivent être adaptées.
• du côté des équipes engagées : la volonté de lutter contre les inégalités et leur perpétuation si on ne fait rien. La conviction que l’outil numérique est un levier pour l’égalité des chances face aux difficultés que peuvent représenter la lecture et l’écriture dans un bassin d’éducation prioritaire. L’outil numérique peut développer le goût pour la lecture et l’écriture, quelle que soit la discipline. Il suscite l’engouement des élèves. Il constitue un levier pour l’égalité d’accès à tous les apprentissages. Il facilite la mise en place du décloisonnement que demande la construction de projets pluridisciplinaires en abolissant les frontières de la salle de classe et du cadre horaire. La production de l’élève peut être suivie en un même lieu et co-partagée entre plusieurs professeurs d’une équipe. La certitude que le plaisir d’apprendre agit sur le climat scolaire et peut prendre appui sur l’écriture et la lecture anime les acteurs.

Objectifs poursuivis
Nous espérons que les élèves acquièrent de l’aisance dans la lecture et l’écriture de textes et que ce passage de scripteur à auctor les conduise à accéder au plaisir d’apprendre et d’écrire. Ce projet s’inscrit dans le projet d’établissement et se rattache au projet du REP Peiresc, dont l’objectif est « La Maîtrise de la langue par la maîtrise des langages ». Il doit contribuer à l’épanouissement culturel et intellectuel des apprenants dans un climat de bienveillance et d’exigence.
L’action permet de s’écarter des pratiques existantes :
• par la pluridisciplinarité et le décloisonnement des savoirs qu’elle met en œuvre en appui sur l’utilisation d’outils et d’applications numériques variées. Plusieurs disciplines sont impliquées dans la plupart des projets et plusieurs domaines de compétences du socle commun sont croisés à chaque fois. Chaque professeur est conduit à réfléchir à la fois à la singularité de la problématique de l’écrit dans sa discipline et aux compétences transversales que l’écrit fait aborder. Il est amené à comprendre la problématique de l’écrit dans les autres disciplines avec lesquelles il mène le projet.
• par la manière de prendre en compte tous les élèves au plus près de leurs besoins : dans le cadre d’une pédagogie différenciée, et/ou inversée, à l’écoute du rythme propre à chaque élève et en appui sur les outils apportés par le numérique. - par la manière d’envisager la construction des savoirs : la singularité de l’action réside aussi dans le fait de réutiliser le travail réalisé dans une discipline pour le réinvestir, le réutiliser dans une autre. L’action doit permettre aux élèves de prendre en compte le fait que le savoir s’autoalimente et s’enrichit de toutes les disciplines. Il pourra ainsi comprendre qu’il n’est pas nécessaire de cloisonner les apprentissages. Le fait que les professeurs décloisonnent leurs enseignements, complémentent les savoirs selon leur spécialité, permet aux élèves de prendre conscience des ponts et des liens entre les savoirs. Non seulement les élèves progresseront en compétences et en connaissances, mais ils croîtront en intelligence grâce à la capacité de réfléchir en réseaux de connaissances et de compétences, à l’encouragement à l’entraide et au travail avec les pairs.

Description
TITRE D’ENSEMBLE DU PROJET D’ENSEMBLE : DE L’ÉCRIT À L’AUCTOR, convergence de pratiques de lecture et d’écriture en lien avec le numérique
SOUS-TITRE De l’écrit pour penser l’AUCTOR : créer des œuvres écrites plurielles et/ou pluridisciplinaires à l’aide du numérique pour donner du sens aux apprentissages, maîtriser la langue en maîtrisant les langages (langues vivantes, langage scientifique et technologique, langage mathématique et numérique, langage du corps et citoyen).
- PROJET 1 (2 classes de 6ème) : Ecriture suivie pluridisciplinaire, écrire un récit de fiction à deux mains : co-écriture français-mathématiques, Italien (Mme Strentz, Mme Lebaud, Mme Di Placido) 2 classes de 6è
• Objectifs :
◦ Organiser une journée d’anniversaire (celle de Luca) comportant une chasse aux trésors (création des situations problème et résolution en mathématique, rédaction détaillée en français). Chaque élève rédigera sa nouvelle. Outil numérique : Storybird
◦ Dire, lire, écrire les tribulations de Luca en Italie (son cadeau d’anniversaire est un voyage à Venise)
• Les objectifs détaillés sont les suivants :
◦ écrire un récit impliquant plusieurs disciplines ;
◦ acquérir des savoirs sur la langue italienne, latine, l’histoire-géographie de l’Italie, des situations de calculs mathématiques utiles au quotidien ;
◦ ancrer les savoirs enseignés par le français, les mathématiques, l’italien, (ancrage mémoriel) ;
◦ faire progresser les élèves en difficulté face à l’écrit et à l’oral grâce à un projet fédérateur et en partie ludique ;
◦ montrer les liens disciplinaires et donner du sens au apprentissage par plus de cohérence ;
◦ s’appuyer sur des outils numériques pour valoriser les productions d’écrit
- PROJET 2 : Expérimenter la classe inversée (Français, Mme Strentz, Mme Sanchez, inscrites au Mooc classe inversé, octobre 2016, classe de 3 classes de 6è, 1 classe de 5è.)
• Objectif : Permettre aux élèves d’apprendre à l’aide de cartes mentales et de capsules vidéos, d’intégrer le passage de l’écriture à la mémorisation et de la mémorisation à l’écriture. Rendre les élèves plus autonomes dans leur méthode d’apprentissage et d’assimilation des connaissances.
• Objectifs détaillés :
◦ rendre les élèves responsables et autonomes face à des difficultés qu’ils savent résoudre sans la présence du professeur
◦ permettre aux élèves d’expérimenter leur autonomie grâce à des parcours d’apprentissage qu’ils appréhenderont en autonomie dans le cadre de l’inversion. - développer la curiosité et le goût d’apprendre grâce à une démarche ludique, inspirée de la gamification.
◦ permettre un accompagnement à distance complémentaire des activités organisées en classe.
- PROJET 3 : Créer une audiobiographie numérique pour ancrer des temps forts en cours de français et vie de classe durant l’année 2016-2017 (2 classes de 6è, Français et professeur principal, Mme Strentz). Outil numérique : sparkvideo, powerpoint
• Objectif : apprendre à se connaître et à s’apprécier malgré ses différences sociales, culturelles, scolaires.
• Objectifs détaillées :
◦ permettre d’évoluer à son rythme en personnalisant les parcours d’apprentissage
◦ laisser les temps de comprendre et d’apprendre en faisant confiance à l’éléve
◦ abolir les limites temporelles et l’espace classe/maison pour un espace d’apprentissage flottant qui favorise la créativité, l’implication, le plaisir d’apprendre
◦ abolir toute forme de pression tout en pointant la nécessité d’atteindre les objectifs (exigence et bienveillance)
- PROJET 4 : Brigades de conteurs ( 2 6è, 2 5è et cycle 1 des 4 écoles du REP, Professeurs de Lettres : Mme Strentz, Mme Sanchez, M.Ferrier)
• Objectif : rendre les élèves autonomes dans la présentation d’un conte à des élèves de cycle 1. Outil numérique : video tablette, enregistrement audio
Contes retenus en 2016-2017 : Corpus 6è : sélection de contes sur la thématique du monstre en 6è (Les Fées, Charles Perrault ; Le petit Chaperon bleu marine, Boissart ; Deucalion et Pyrhha, Ovide ; Jacques et le haricot magique (conte anonyme) ; La Sorcière de la rue Mouffetard, Gripari. Corpus 5è : Simbad le Marin, Les Mille et Unes Nuits, contes orientaux divers (5è)
Objectif : développer les compétences de lecteur en s’appuyant sur le dimension transmissive
• Objectifs détaillés :
◦ construire le sujet lecteur en permettant à chaque élève de saisir dans le cadre d’un travail de partage de la lecture en brigades, la nécessité de passer d’une lecture spontanée à une lecture travaillée, mise en voix, mise en scène.
◦ tisser des relations avec les écoles maternelles et permettre une rencontre entre les tout-petits et petits avec les collégiens.
◦ inscrire l’expérience de la lecture dans le souvenir et le vécu (ancrage mémoriel) - inscrire le partage de la difficulté (brigades) et de l’erreur, dans un vécu commun positif, développer la solidarité et la cohésion
◦ vivre un vrai temps de travail et d’échanges entre pairs 6è et maternels..
◦ quitter l’apprentissage frontale pour privilégier l’apprentissage en interaction porteur de sens pour les élèves et moteur de motivation.

Modalité de mise en œuvre
Les professeurs échangent autour des projets réalisés. Ils déterminent les objectifs d’apprentissage spécifiques à leur discipline et les compétentes associées. Ils abordent également les compétences transversales que les activités menées permettent d’exercer et d’acquérir. Les élèves travaillent entre pairs, sous la forme de brigades, ou en autonomie avec l’outil numérique. L’entraide est encouragée.
- PROJET 1 :
• En maths (quelques exemples) : préparer les ingrédients pour le gâteau d’anniversaire, faire le calcul de distance, à chaque déplacement entre la maison de Luca et le supermarché… (10 minutes du cours de mathématique, 10 minutes d’exploitation de la fiche maths réalisée en français pendant le temps d’écriture). Amener la fiche de maths en français (le professeur de mathématiques donne un protocole d’exercices au professeur de français).
• En français, (AP) des récits seront rédigés à partir des situations problèmes et la narration sera incorporée dans la description de la journée de Luca (travail sur la REFORMULATION des savoirs, la transposition en récit de fiction et en récit de voyage. Travail sur l’ANCRAGE MÉMORIEL : retenir des informations grâce à l’utilisation de celles-ci dans son récit.). Les récits sont écrits en binôme sur Storybird puis transmis aux familles.
• En italien : langue (séance autour de la présentation de soi - carte d’identité, Luca, ce que je mets dans la valise, en préparation du voyage, sur place, les rencontres, visite du monument (cf Rome en histoire, Homère, Cicéron, « fare da cicerone » faire le guide, faire dialoguer deux personnages de l’Antiquité, intégration possible des langues et cultures de l’Antiquité, histoire de la langue.)
- PROJET 2 :
• REMÉDIATION DE PRODUCTIONS D’ÉCRIT et RÉALISATION DU PROGRAMME D’ORTHOGRAPHE EN 6È : le professeur dépose dans pronote un document « parcours de remédiation » (document joint en annexe) des productions écrites sous une forme originale : les points de difficulté sont rappelées, la règle sous-jacente nommée, des conseils pour progresser prodigués (CPP). Ces éléments sont regroupés dans un tableau (feuille A4) comportant : des liens numériques qui renvoient aux capsules correspondantes (capsules du CANOPE ou Padlet de Marie Soulié). Les élèves accèdent chez eux à la capsule : ils choisissent selon les points qui posent difficulté et qui ont été pointés par le professeur dans la copie, celles qu’ils ont besoin de réviser, mais sont libres de les regarder toutes. Dans un deuxième temps, ils créent une fiche pour mémoire (carte mentale ou classique). Ils révisent. Les élèves volontaires présentent les fiches en classe. Elles donneront lieu à une correction collective ce qui permet à tous d’accéder à des savoirs validés. Toutes les capsules sont regardées en classe afin que les élèves qui ont eu des difficultés pour y accéder (problèmes de connexion, matériel indisponible, pas de créneau pour se rendre au CDI etc.) aient vu au moins une fois les capsules et que le principe de l’égalité soit maintenu. Une évaluation orthographe/langue conclura se travail et permettra d’apprécier les progrès réaliser grâce à cette méthode. Elle suscite une grande mobilisation des élèves.
• ACCOMPAGNEMENT DE LA LECTURE CURSIVE GRÂCE À UN PARCOURS DE TRAVAIL INVERSÉ : les élèves de 6è ont lu le roman Un hivernage dans les glaces de Jules Verne. Le choix a été laissé : soit la lecture s’est faite à partir du livre papier, soit, les élèves ont eu accès à la lecture sur un Adobe spark page dédié à cette lecture. Il regroupe la lecture orale des 16 chapitres du livre, réalisée par le professeur (l’oralisation n’existait pas sur littérature audio.com) et la vision simultanée du texte se déroulant au fur et à mesure de la lecture (intérêt majeur pour les élèves primo-arrivants et dys qui peuvent concentrer leur attention sur quelques paragraphes écrits, tout en bénéficiant d’une écoute possible de l’intégralité de l’histoire, de façon fractionnée puisque chapitre après chapitre – durée pour 1 chapitre : environ 10 minutes). Les lectures sont également accessibles sur la chaîne you tube « françaistoulon83 ». Cette lecture a suscité une cinquantaine d’abonnés à ce jour. Des élèves d’autres régions ont déposé des commentaires de remerciements car ce travail leur a permis de lire et comprendre l’œuvre. L’inversion profite à tous. L’apprentissage devient pour tous… Durée de l’accompagnement à la lecture : vacances de la Toussaint 2016, cf annexe « Plan de travail un Hivernage dans les classes ». Outils numériques impliqués : adobe spark page, you tube, wiki source (texte téléchargeable en pdf et libre de droits). Effets particulièrement positif sur les élèves non lecteurs habituellement et qui ont écouté et réécouté l’histoire sur you tube.
- PROJET 3 :
• Dès la rentrée, les élèves sont amenés à se présenter à travers un objet, une musique…soit à l’oral, soit à l’écrit, soit avec un outil numérique, afin que chacun puisse mieux se connaître. Le support est libre mais souvent le diaporama est choisi par les élèves.
• En février, lorsque toutes les présentations ont été proposées à la classe, chaque élève s’empare d’un moment fort présenté par un camarade (une vignette de diaporama par exemple ou une musique) et explique par écrit ce qu’il en a pensé, ce que cela lui a apporté. Ce travail filé tout au long de l’année permet non seulement de développer des compétences langagières, mais également de participer à une meilleure connaissance de l’autre. Ce dispositif permet de lutter contre les clivages (élèves d’origine socio-économiques ou culturelles très différentes dans la classe) et de travailler ainsi la tolérance et le respect de l’autre.

- PROJET 4 : Dans le cadre d’une séquence sur les contes en 5è et d’une travail sur les contes par le biais de la thématique du monstre en 6è, les élèves liste des contes patrimoniaux, en lecture cursive. Ils ont accès, dans le cadre de la classe inversée à un lien vers un adobe spark page regroupant les lectures oralisée des contes d’étude. Le professeur organise en classe des brigades de conteurs (les élèves sont en binôme ou en trinômes, ils se mettent ensemble par affinité, ce qui permet un travail ciblé avec les élèves en difficultés qui souvent se reconnaissent et se mettent ensemble.). Lors de deux ateliers en classes, les élèves vont devoir réfléchir à « comment mettre ces textes patrimoniaux à la portée d’élèves de maternelle âgés de deux à 5 ans ? ». Un document d’accompagnement (cf annexe jointe) guidera le travail entre pairs durant les deux heures d’atelier. Les enseignants de maternelle participent à la séance en aidant les élèves selon le conte qu’ils ont choisi pour leurs élèves.
Déclinaison :
◦ Temps 1 : rencontre avec les enseignants de maternelle pour présenter l’idée et les contes d’étude
◦ Temps 2 : les enseignants de maternelle se répartissent les contes (1 conte= 1 brigade de collégien) et pointent pour chaque conte les point de difficulté.
◦ Temps 3 : certains points de difficulté sont travaillés par les enseignants de maternelles (lecture parallèle sur le même thème, boites à histoires, champs lexicaux) ; d’autres points de difficulté sont travaillés par les collégiens accompagnés de leur professeur de français et selon leur disponibilité, les enseignants de maternelle (voir photo jointe). Les collégiens réfléchissent à la répartition des passages de lecture, s’entrainent à l’oralisation, créent des dessins et bricolages d’accompagnement, bref, développent des statégies qui leur permettront de stimuler l’écoute, la curiosité et l’intérêt des tout petits. La lecture devient un véritable challenge.
◦ Temps 4 : la rencontre des élèves de maternelle
◦ Temps 5 : non réalisé en 2016-2017 mais en perspective : réécrire les contes grâce à storybird, les imprimer et se servir du support créé par les collegiens pour constituer une bibliothèque de lectures patrimoniales réécrites et oralisées. Ce travail concret motive les collégiens qui mettent du sens à l’activité et s’engagent d’autant plus dans l’écrit et dans la mise en voix de leurs productions.

Trois ressources ou points d’appui
• Les habitudes de travail des équipes en interdegrés du REP (renforcement des liens par la mise en œuvre des projets)
• L’engagement des enseignants
• Rôle facilitant des pilotes

Difficultés rencontrées
• Difficulté pour un enseignant novice engagé dans plusieurs projets à gérer sa progression sur l’année et à planifier toutes les séances.
• Pas assez de temps de concertation pour les projets pluridisciplinaires.
• Manque d’outils numériques performants (pas de tablettes numériques, ni de borne wifi ; pas assez de postes informatiques)

Moyens mobilisés
Les professeurs exercent dans le cadre de leur emploi du temps. Certains projets nécessitent des temps de co-intervention qui sont organisés en fonction des besoins des projets. Les salles informatiques sont fortement sollicitées.

Liens éventuels avec la Recherche
Le Sujet Lecteur, A Rouxel et E Langlade La Lecture comme jeu, Michel Picard Guide Tice pour le Professeur de Français, Sceren, Weblettres Mooc Classe inversée (Viaeduc) « Pédagogie et neuropsychologie », Rémi Samier et Sylvie Jacques (livret pdf)

Evaluation
• implication des élèves dans l’acte d’écrire
• évolution de la qualité de l’expression à l’écrit
• évolution de la quantité d’écrits
• évolution des compétences de lecture

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
L’action est suivie par un accompagnateur Cardie. L’évaluation des effets de l’action sur les acquis des élèves se fait par compétences. L’évaluation de l’action par l’équipe se fonde sur une les résultats des élèves, mais aussi sur leur implication. L’évaluation interne est menée par l’équipe de direction. L’évaluation externe est menée par l’équipe du Cardie

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : -une meilleure compréhension des consignes pour tous les élèves ; -un progrès qualitatif des productions d’écrit et de l’expression orale et écrite -une meilleure assise des compétences travaillées ; -un ancrage moins coûteux des savoirs ; -un réel plaisir d’apprendre
- Sur les pratiques des enseignants : L’action amorce une réflexion collective sur une didactique de l’écriture pluridisciplinaire numérique. Une meilleure connaissance des contenus disciplinaires et de leurs enjeux lexicaux et syntaxiques pour la maîtrise de la langue.
- Sur le leadership et les relations professionnelles : Moins de clivage disciplinaire ; envie de travailler ensemble
- Sur l’école / l’établissement : Les familles accèdent facilement aux productions de leurs enfants et en manifestent une grande satisfaction : la valorisation des productions des élèves s’appuie sur le numérique et particulièrement sur la création d’une exposition virtuelle sur le site du collège Peiresc.
- Plus généralement, sur l’environnement Souhait des écoles du réseau à l’élargissement des projets afin d’y participer

Extrait du site Expérithèque : Tous lecteurs, tous auteurs ! de l’écrit à l’auctor en REP
Note : l’adresse de l’auteur est : muriel.strentz@ac-nice.fr

Répondre à cet article