> 5 - Education prioritaire > POSITIONS > Déclarations gouvernementales (ZEP) > Les priorités de Jean-Michel Blanquer vues par le Café : différenciation des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les priorités de Jean-Michel Blanquer vues par le Café : différenciation des parcours, excellence, fondamentaux et dédoublement des CP...

18 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

[...] Blanquer : différencier les parcours des élèves
Jean Michel Blanquer a présenté son action en trois mots : République, excellence et bonheur. "Mon premier message sera pour les professeurs" dit-il. Il évoque "le respect du ministre et le respect que les familles et les élèves doivent avoir pour les professeurs". Il entend "élever le système vers le haut par la différenciation des parcours", assurant que "la république ce n’est pas l’uniformité".

Le nouveau ministre veut mettre "l’excellence à l’honneur" et "libérer les énergies". "Il n’y aura pas beaucoup de règles allant de bas en haut dans ce ministère. Il y aura surtout de la confiance" conclue-t-il.

L’école primaire du lire, écrire, compter
Interrogé par la presse, notamment le Café pédagogique, JM Blanquer éclaire sur ses premiers mois au ministère.
"Lire, écrire, compter , respecter autrui, c’est ce que notre école primaire doit permettre et nous le ferons", dit-il. "D’abord et avant tout les fondamentaux. La maternelle est l’école du langage. La première inégalité entre les enfants est l’inégalité de vocabulaire. On va beaucoup travailler cette question pour que tous les enfants entrent en CP avec du vocabulaire. On va travailler beaucoup au CP et dédoubler les classes en éducation prioritaire au CP pour que personne ne sorte du CP avec le handicap de savoir mal lire et écrire. On travaillera aussi en Cm2 pour qu’on ne voit plus à l’entrée au collège des enfants avec du retard", dit-il. Il ne veut pas pour autant changer les programmes même s’il a des "réserves sur certaines choses".

Dédoublements et rythmes
JM Blanquer va appliquer les engagements du président sur les dédoublements en CP de l’éducation prioritaire dès la rentrée 2017 ainsi que sur la révision des rythmes. "On sera dans une approche efficace en étant attaché à cet ancrage des fondamentaux". Le ministre promet qu’en fin 2017-2018 "il n’y aura aucun enfant qui sorte de CP avec des retards importants en lecture écriture calcul". "Notre capacité à avoir des rythmes scolaires mieux adaptés aux enfants et redonnant de la liberté aux acteurs est fondamentale", dit -il.

Collège : Langues anciennes et bilangues allemand
Sur le collège il promet "d’infléchir ce qui se passe de façon à ce que des matières aussi importantes que les langues anciennes, des langues importantes comme l’allemand soient valorisées avec le rétablissement des classes bilangues".

Le nouveau ministre a présenté sa méthode : "évaluer ce qui marche.. L’expérimentation aura un rôle décisif sous mon mandat", ajoute-il. "Il faut évaluer les dispositifs. C’est la démarche moderne que l’on doit avoir".

Autour de lui des têtes connues d’avant 2012. Le programme, la méthode et l’équipe de JM Blanquer ressemblent comme deux gouttes d’eau à son action au ministère avant 2012.
François Jarraud

Extrait de cafepedagogique.net du 18.05.17 : Le programme et les premières journées de Jean-Michel Blanquer

 

Jean-Michel Blanquer : Portrait d’un revenant
Jean-Michel Blanquer est tout sauf un homme nouveau ou un simple technicien de l’éducation. C’est une figure très connue qui revient rue de Grenelle où il a fait carrière pendant 6 ans dans des cabinets de droite, particulièrement ceux de Robien et Chatel. Il revient avec un entourage qui était également au cabinet de Luc Chatel. Avec la nomination de Jean Michel Blanquer rue de Grenelle, les émigrés de la Sarkozie sont de retour.

[...] Christophe Kerrero, son directeur de cabinet, était conseiller de Luc Chatel, en charge de l’éducation prioritaire puis des "affaires pédagogiques". Dans un livre publié en 2016, il se prononce contre la décentralisation comme elle est pratiquée actuellement et aussi contre la notion de compétence qu’il voit comme un concept anglo-saxon étranger à notre culture. Dans un entretien sur ce livre, il dénonce la "décomposition pédagogiste" de l’Ecole. C’est aussi au cabinet de Luc Chatel qu’il croise un autre membre de son entourage actuel : Raphaël Müller.

[...] L’ homme des suppressions de postes
De 2009 à 2012, Jean-Michel Blanquer est le numéro deux de l’éducation nationale. A ce titre, il applique des politiques dont l’Ecole se souvient encore.

C’est lui qui organise les 80 000 suppressions de postes d’enseignants. Elles visent en priorité la scolarisation avant 3 ans, qui s’effondre, l’élimination des Rased et de la formation des enseignants. Les néotitulaires sont invités à découvrir leur métier à travers un DVD généreusement distribué par le ministère... Dans tout le pays de nombreuses classes sont fermées, mais particulièrement dans les départements populaires comme le 93.

La période Chatel est aussi le moment où les fonds sociaux destinés aux lycéens pauvres sont divisés par deux et où le budget des classes préparatoires, au recrutement socialement privilégie, est doublé. Toutes ces mesures pénalisent toujours les mêmes : les élèves faibles, ceux des catégories sociales défavorisées.

Pour les pauvres, JM Blanquer imagine les "internats d’excellence", sur le principe d’extraction de leur quartier d’une poignée d’enfants des quartiers populaires "méritants". Ce dispositif accroit la stigmatisation et les difficultés scolaires des quartiers populaires et s’avère ruineuse pour une rentabilité pédagogique nulle. Les internats d’excellence disparaissent après 2012.

Extrait de cafepedagogique.net du 18.05.17 : Jean-Michel Blanquer : le portrait d’un revenant

 

Voir aussi

Jean-Michel Blanquer , ministre de l’éducation nationale

Avec Jean-Michel Blanquer c’est une figure très connue du ministère de l’éducation nationale qui revient rue de Grenelle. C’est un ministre plein d’idées sur ce que doit être l’éducation nationale. Il les a diffusées récemment dans deux livres qui sont les clés pour comprendre son action. Sa nomination signifie une nouvelle étape pour l’éducation nationale. Sa politique sera aux antipodes de celle menée depuis 2012. Pour l’Education nationale des temps agités commencent..

Extrait de cafepedaggoique.net du 17.05.17 : Jean-Michel Blanquer , ministre de l’éducation nationale

Répondre à cet article