> 6 - Pédagogie / Formation > Actions interdegrés > Ateliers Poésie urbaine (slam) et Architectes en herbe dans le REP+ Elsa (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Ateliers Poésie urbaine (slam) et Architectes en herbe dans le REP+ Elsa Triolet de Champigny-sur-Marne

13 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Poésie urbaine

La maîtrise de la langue est l’un des axes prioritaires du réseau Triolet. Plusieurs ateliers sont mis en place afin de permettre aux élèves de la développer. L’un de ces ateliers est l’atelier "poésie urbaine".

Cet atelier, aussi appelé "atelier slam", se déroule sur le temps du midi avec des élèves volontaires. Une vingtaine d’élèves de tout âge y participent et exercent leur talent d’écriture et d’interprétation.

Mis en place grâce à une aide financière du conseil général, l’atelier est animé par un professionnel, Lester Bilal, membre de l’association "Universlam" ainsi que par trois professeurs de français et d’histoire-géographie (Mme Jamault, Mme Leduc et Mme Lamara).

Le but est d’amener les élèves à écrire des textes structurés en rimes sur des thèmes proposés comme : "ma vie", les vacances, la violence, l’amour… Ils doivent ensuite interpréter leurs textes en prenant le bon ton par rapport à leurs propos et en trouvant le bon rythme pour les faire vivre et les transmettre le mieux possible.

L’atelier se conclura par une représentation à la fin de l’année sous forme de concours avec des "battles" entre ces élèves et ceux de deux autres collèges de Champigny-sur-Marne où a aussi lieu l’atelier poésie urbaine.

Voici quelques textes d’élèves en cours d’écriture :
Texte 1
Texte 2

Extrait de carep.ac-creteil.fr du 20.03.17 : Poésie urbaine

 

Architectes en herbe

Durant l’année scolaire, Madame Besson, professeure d’arts plastiques, propose à ses élèves différents projets. Au cours du deuxième trimestre, les 3èmes du collège Elsa Triolet à Champigny ont ainsi travaillé autours de l’architecture publique.

Deux mois durant, à partir d’un exemple de construction et par groupe, ils ont d’abord inventé et dessiné un bâtiment public en fonction de contraintes précises. Puis, ils ont réalisé la maquette de ce bâtiment à la façon d’un cabinet d’architecture à qui on aurait passé commande, avec pour seul moyen du carton et des objets recyclés.

Pour ce faire, ils ont étudié les œuvres de Le Corbusier, Oscar Niemeyer mais aussi Franck Gerry afin de comprendre les enjeux et les contraintes d’une architecture accessible à tous et pour tous.

Les élèves ont donc réalisé entre autres le cinéma de Casablanca, un H.L.M, un collège, une piscine olympique ainsi que d’autres projets plus intéressants les uns que les autres.

Extrait de carep.ac-creteil.fr du 20.03.17 : Architectes en herbe

Répondre à cet article