> EDUCATION PRIORITAIRE > POSITIONS > Positions politiques (ZEP) > Présidentielle. Les écoles hors-contrat, nouveau débat électoral (Le Monde). (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Présidentielle. Les écoles hors-contrat, nouveau débat électoral (Le Monde). François Fillon veut soutenir leur création dans les ZUS (Le Café)

17 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

D’autant que [François Fillon] n’est pas le seul, durant cette campagne, à avoir donné de la visibilité à un secteur qui reste marginal (61 500 élèves scolarisés, sur un total de 12 millions) et pour le moins éclectique (écoles confessionnelles, laïques, Montessori, citoyennes…), mais qui se développe en marge de l’école publique et privée sous contrat : en décembre 2016, c’est le mouvement En marche ! d’Emmanuel Macron qui avait convié, entre autres personnalités, le -porte-parole de la fondation -Espérance banlieue à sa convention sur l’école organisée à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Le FN compte, parmi ses engagements de campagne, la défense de la liberté de l’enseignement, avec des " contrôles sur le hors contrat pour s’assurer de la conformité avec les valeurs de la République ", avance Alain Avello, conseiller éducation. Marine Le Pen s’était opposée à la ministre de l’éducation sur le régime d’ouverture des écoles hors contrat, en début d’année, lors d’un débat télévisé. Le FN ne reprend cependant pas à son compte l’idée, portée il y a dix ans par Jean-Marie Le Pen, du " chèque éducation " correspondant au " coût moyen d’un élève ", qu’il appelait à distribuer aux familles pour leur donner le libre choix.

A gauche, en revanche, aucun candidat ne s’est emparé du sujet. Comme s’il fallait faire oublier la façon dont la ministre de l’éducation s’est vu retoquer son projet de mieux encadrer le secteur hors contrat : le Conseil constitutionnel a censuré le 26 janvier, lors de l’examen de la loi égalité et citoyenneté, l’article porté par Najat Vallaud-Belkacem prévoyant de faire passer l’ouverture de ces écoles d’un simple régime de déclaration à celui d’une autorisation préalable. Ce silence de la gauche inquiète le sociologue François Dubet : " Elle fait campagne sur des thèmes classiques – plus de moyens –, pour ne fâcher personne, et laisse la droite se livrer à un hold-up sur les notions d’excellence, d’innovation ; c’est risqué. "

Extrait de lemonde.fr du 17.03.117 : Les écoles hors contrat, nouveau débat électoral

 

Extrait du discours de François Fillon à Besançon le 09.03.17 :

[...] Parallèlement, j’encouragerai la création d’une nouvelle catégorie d’établissements scolaires.

Dans les zones de revitalisation rurale et les zones urbaines sensibles, l’Etat soutiendra la création d’établissements publics ou privés indépendants et innovants.

J’ai visité en novembre une école d’« Espérance banlieue » à Asnières, et j’ai constaté l’aide apportée aux familles le plus en difficulté par des établissements fondés sur la liberté, la discipline et l’attention extrême portée aux élèves.

Ces écoles permettent de scolariser des enfants qui étaient harcelés, des enfants ayant un trouble de l’attention, des enfants issus de l’immigration et qui croient au mérite, des enfants en total échec scolaire dans le système traditionnel.

Ces écoles ne sont aujourd’hui pas aidées. Eh bien, l’Etat ne devra plus s’opposer à cette nouvelle offre éducative issue de la société civile ; il devra leur faciliter la tâche et les aider.

Extrait de fillon2017.fr du 09.03.17 : Discours à Besançon

 

Fillon droitise encore son programme pour l’Ecole

C’est un prêté pour un rendu. Quelques jours après la manifestation du 5 mars soutenue notamment par des organisations proches des écoles hors contrat réactionnaires, François Fillon annonce le 9 mars à Besançon qu’il veut que l’Etat les finance. C’est un élément du nouveau programme éducatif de François Fillon en nette rupture avec les politiques menées depuis plusieurs quinquennats. Un programme qui se présente comme traditionaliste mais qui en fait applique les recettes du New Public Management : paye au mérite, autonomie, responsabilisation allant jusqu’au tri précoce des élèves.

[...] Financement du privé hors contrat

F Fillon annonce un large financement du privé. Il veut "faire commencer la scolarité obligatoire à cinq ans au lieu de six". Cette mesure vise surtout à faire financer par l’Etat une année de maternelle du privé sous contrat. Le candidat veut même aller plus loin et gommer encore davantage la séparation entre public et privé en prenant en compte les écoles hors contrat ,proches il est vrai de ses soutiens. " Dans les zones de revitalisation rurale et les zones urbaines sensibles, l’Etat soutiendra la création d’établissements publics ou privés indépendants et innovants". Evoquant les écoles Espérances banlieue, proches de la droite extrême, F Fillon annonce qu’il subventionnera les écoles hors contrat. " L’Etat ne devra plus s’opposer à cette nouvelle offre éducative issue de la société civile ; il devra leur faciliter la tâche et les aider".

Angleterre, Suède, Pays Bas : L’échec du New Public Management

Extrait de cafepedagogique.net du 10.03.17 : Fillon droitise encore son programme pour l’Ecole

 

Ecoles hors contrat : Un rapport inquiétant

Alors qu’une école hors contrat des Hauts de Seine se défend dans les colonnes du Parisien suite à une inspection qui s’est mal passée, que sait-on des enseignements donnés dans ces écoles et des relevés faits par l’administration lors d’inspections surprises ? Le Café pédagogique s’est procuré un rapport réalisé en 2016 pour l’Académie de Versailles. Il montre d’inquiétantes dérives dans les écoles inspectées, notamment une faillite éducative bien réelle. Pourtant ces écoles ont le vent en poupe. Pire, la journée du 5 mars a démontré leur présence politique et une éventuelle alternance politique pourrait leur donner un second souffle.

Extrait de cafepedagogique.net du 07.03.17 : Ecoles hors contrat : un rapport inquiétant

 

Voir aussi

Uniforme, vouvoiement, levée des drapeaux... le retour de l’école à l’ancienne

Surfant sur l’image dégradée de l’école publique, la Fondation Espérance banlieues ouvre, depuis 2012 dans des quartiers défavorisés, des écoles hors contrat aux méthodes alternatives.

Extrait de lemonde.fr du 16.03.17 : Uniforme, vouvoiement, levée des drapeaux... le retour de l’école à l’ancienne

Répondre à cet article