> EDUCATION PRIORITAIRE > PEDAGOGIE EN ZEP > Actions pédagogiques AU COLLEGE > Français et langues (Collège) > B* Ateliers d’écriture autour d’une thématique commune sur plusieurs niveaux de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Ateliers d’écriture autour d’une thématique commune sur plusieurs niveaux de classe et plusieurs disciplines au collège REP Mistral de Lunel

17 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

A la croisée des écritures

Collège [REP] Frédéric Mistral
136 RUE DES ETOFFES , 34400 LUNEL
Site du collège
Auteur : Milz Béatrice
Mél : beatrice.milz@ac-montpellier.fr

Comment amener l’élève à avoir une pratique plus réfléchie et concrète de l’écrit ? Comment faire le lien entre les exigences scolaires et l’environnement quotidien ? Notre équipe expérimente des possibilités de réponse en développant, et croisant des ateliers d’écriture autour d’une thématique commune, sur plusieurs niveaux de classe, plusieurs disciplines et en partenariat avec des associations locales.
Travail et correction entre pairs, recours à l’oral et utilisation des outils numériques sont des vecteurs privilégiés. Radio Sommières viendra enregistrer les élèves de chaque groupe au cours d’émissions au collège. Un musicien viendra par exemple mettre en musique les textes et complètera par des ateliers d’écritures de chanson, des ateliers philosophiques permettent de développer l’écriture réflexive. Un travail avec d’autres associations de la ville est aussi mené pour une ouverture vers l’extérieur (médiathèque, foyer de personnes âgées…).
La réflexion et le travail en équipe interdisciplinaire nous conduit également à adapter nos cours aux besoins du projet et des élèves. Des cours en co-animation ou en petits groupes sont ainsi organisés pour accompagner au mieux l’élève dans la réalisation de son travail.

Plus-value de l’action
De manière générale, le croisement des travaux d’écriture (d’une matière à l’autre et d’une classe à l’autre) ainsi que des supports d’expression utilisés ont permis de rendre la pratique de l’écrit plus familière pour nos élèves et de lever certains freins.
• L’expérience de cette année a montré une augmentation de la motivation des élèves pour mener leur travaux jusqu’au bout (moins de décrochage)
• Réinvestissement des acquis d’une matière à l’autre (ex : portrait des héros de la famille en français et en anglais)

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
Une classe par niveau plus les EANA c’est-à-dire une centaine d’élèves environ.

A l’origine
Le public que nous accueillons dans notre établissement classé REP présente une très grande hétérogénéité dans la maîtrise de la langue et les compétences d’écriture. Il faut gérer en même temps des élèves capables d’écrire sans erreur, avec un style soigné des textes longs et des élèves ayant du mal à comprendre les consignes d’écriture et à produire quelques lignes dans un style orthographique et langagier compréhensible.
D’autre part, nous accueillons deux publics spécifiques intégrés en partie aux classes : un groupe d’élèves issus de la communauté des Gens du voyage, un autre groupe d’Elèves Nouvellement Arrivés en France. Ces deux publics présentent une problématique particulière liée à l’apprentissage accéléré de la langue française orale évidemment mais surtout écrite pour rendre au plus vite un suivi possible dans les classes et une meilleure intégration dans le travail scolaire.
Enfin, le collège propose un accueil aménagé aux EIP, qui représentent un petit groupe d’élèves à la fois stimulé par des exercices d’écritures complexes mais aussi souvent bloqués dans l’application de consignes des exercices scolaires.
Certes cette hétérogénéité appelle la mise en œuvre de pratiques en classe relevant d’une pédagogie différenciée, mais cela ne suffit souvent pas à donner du sens à la pratique de l’écrit hors du cours ou à faire changer le regard de l’élève sur l’écrit. Ainsi, l’élève en difficulté reste souvent dans des habitudes de copiage/recopiage et non dans une pratique réfléchie. L’élève maîtrisant davantage son expression peine à renouveler son écriture ou à l’enrichir. La production écrite reste presque exclusivement réservée au seul public de l’établissement (enseignants, équipes pédagogiques, camarades de classe). Les parents signent parfois les devoirs mais les échanges avec eux lors des rencontres parents-professeurs révèlent souvent une lecture rapide voire inexistante du travail. L’investissement de l’élève ne trouve donc pas forcément d’écho et de reconnaissance en dehors du cadre scolaire.

Objectifs poursuivis
Ouvrir l’espace d’écriture à des pratiques variées ou comment sortir l’écriture d’un cadre scolaire pour rendre sa pratique familière et favoriser sa maîtrise ?
• Développer des projets d’écriture inter-niveaux et inter-médias.
• Amener l’élève à s’interroger sur son écriture et par là sur son mode d’expression pour qu’il développe des stratégies de correction et de choix langagiers.

Description
Le projet innovant « à la croisée des écritures » mis en place au collège F.Mistral de Lunel durant l’année 2015-2016 se donnait pour objectif d’ « ouvrir la pratique de l’écrit au collège vers l’extérieur, de l’ancrer au mieux dans le réel pour stimuler l’élève et réduire le phénomène de décrochage constaté chez nombre de nos élève au moment du passage à l’écrit. »
Les actions mises en places se rejoignaient autour de l’appréhension de ce que l’OCDE a pu nommer la littératie, c’est à dire « l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités ».
En partant du postulat qu’il fallait que les travaux donnés aux élèves s’inscrivent dans un projets plus général et dans lequel les élèves s’engageraient pour obtenir une véritable implication personnelle dans l’écrit, une thématique avait été choisie, déclinée sous des formes diverses par les enseignants participants : « être le héros de sa vie ».
Par ailleurs, des travaux croisés ont été également menés sur des échanges de pratiques, de la méthodologie, le recours au numérique afin d’expérimenter des outils et fonctionnement pédagogiques liés aux savoir-faire.

Modalité de mise en œuvre
- Ouvrir l’espace d’écriture à des pratiques variées ou comment sortir l’écriture d’un cadre scolaire pour rendre sa pratique familière et favoriser sa maîtrise ?
◦ Suite aux réunions des professeurs volontaires en juin et septembre, un axe de travail sous la forme d’une thématique commune a pu être déterminé qui nous servirait de support pour nos projets en classe. Cette thématique se déclinant dans différentes disciplines (prévention avec l’infirmière, musique, arts-plastiques...) elle a même posé les bases d’un projet dépassant le travail sur l’écrit pour devenir fédérateur. Titre : « étre le héros de sa vie, cheminer avec l’autre, cheminer vers soi ». Professeurs volontaires : 5 professeurs de Lettres, 1 prof. de Sciences Physiques, 1 prof.de SVT, 1 prof d’Anglais, 1 prof d’Arts Plastiques.
◦ De cet axe des projets d’écriture déclinés sur l’année et sur plusieurs niveaux se sont développés ayant pour objectif l’échange, le croisement des productions.
◦ ◦ 6éme : écriture de contes, recueil de récits familiaux
◦ ◦ 5éme : Récits de « héros voyageurs », représentations des « trésors » de famille à travers des souvenirs de voyage, des rencontres avec des personnes âgées, compte rendu de goûter philosophique. Participation à un conte Kamishibai collectif (avec les EANA)
◦ ◦ 4éme : Interview de figures « héroïques » personnelles. Ecriture de textes et portraits « héros réels, héros fantasmés »
◦ ◦ 3éme : l’Autre, héros du quotidien à travers des échanges épistolaires fictifs.
Ces ateliers d’écriture se sont construits en lien avec des actions menées en partenariat avec des associations
◦ Radio Sommières est venue enregistrer les élèves de chaque groupe au cours d’émissions de Février à Juin. Une émission finale en directe a regroupé des représentants de tous les groupes de travail pour un échange sur ce qui a été fait pendant l’année.
◦ L’association « Boîte à Malice est venue soutenir quelques travaux d’écriture grâce à des ateliers rendus possibles par une subvention obtenue par une candidature au projet « Alter égaux ».
◦ Un intervenant « musique » de l’association « 6ThèmeD » a soutenu l’écriture musicale du conte Kamishibai et la création de chansons avec différents groupes (EANA, 5éme, club UNICEF) toujours sur la même thématique.
◦ L’association « Participe pensée » a permis la mise en place d’ateliers philosophiques en 5éme nourrissant la réflexion de nos élèves et leur permettant de les initier à un mode d’écriture plus abstrait, plus conceptuel, celui de la synthèse et de la réflexion. Les genres concernés sont variés et inclus souvent un destinataire existant : lettre, livre numérique, article, compte-rendu, pièce...
Développer des projets d’écriture interniveaux et intermédias Le croisement des travaux permet à la fois une réflexion sur les apports, les succès et les difficultés de chacun des niveaux mais aussi une critique et un travail en partenariat d’un niveau à l’autre riche, qui rejoint d’ailleurs le travail d’écriture et d’aide entre les pairs menés par plusieurs groupes. Amener l’élève à s’interroger sur son écriture et par là sur son mode d’expression pour qu’il développe des stratégies de correction et de choix langagiers.

- Pistes explorées :
◦ passer par l’oral pour écrire : utilisation de l’enregistrement numérique et du travail en binôme :
◦ penser le discours/ s’écouter/ restituer à l’écrit/ se relire à haute voix : des étapes qui amènent à faire attention aux mots, au langage. Travail mené en Lettres mais aussi en langue, en sciences.
◦ Apprendre à gérer des étapes d’écriture du papier au numérique : travail en salle informatique pour l’écriture de textes et la mise en forme (PPT, Livre numérique) Le lieu permet de mettre en travail autonome des élèves rapides et de soutenir les élèves les plus en difficulté.
◦ élaboration d’un recueil de contes merveilleux avec Didapage afin de créer des recueils associant le texte (conte), une illustration (image) et le son puisque les élèves ont lu leurs contes sur Audacity et ont intégré leurs enregistrements au recueil.
◦ Création de diaporamas et réalisation d’exposés.
◦ Compte-rendu de travaux à travers un jeu de rôle puis à l’écrit.
◦ Utiliser le jeu pour stimuler l’attention
◦ Se corriger entre pairs : en sciences pour le compte rendu d’expérience, en français.
◦ Orth : reprendre ses erreurs en les classant et sur un tout petit extrait de texte.
◦ Dictée différenciée par niveaux de difficulté.

Difficultés rencontrées
• Nombreuses difficultés liées à l’utilisation du matériel informatique : problèmes de sauvegarde, de temps (activités chronophages).
• Les temps de concertation et de synthèses sont compliqués à trouver. La communication s’est souvent faite par mail.
• Les élèves sont très impliqués dans les actions ou projets mais ils ont encore du mal à se resservir de leurs acquis pour un usage plus standard.

Moyens mobilisés
Milz Béatrice, Lettres, Enseignante ; Ghellab Nasserra, Lettres, Enseignante ; Rouand Elisa, Lettres, Enseignante ; Jaouani Dalila, Lettres, Enseignante ; Rizzo Mikael, Lettres, Enseignant ; Voissier Karine,Lettres Enseignante ; Arribas Amandine, Anglais, Enseignante ; Dupont Sandra, Sciences Physiques, Enseignante ; Remaidi, Malika, Sciences Naturelles, Enseignante ; Capra Marion, Arts Plastiques, Enseignante ; Adamiste, Nathalie, Professeur Documentaliste ; Barbier Pascale, Infirmière

Partenariat et contenu du partenariat
• Conseil général de l’Hérault (subventions AET)
• Rectorat de Montpellier : dispositif Alter Egaux
• Ville de Lunel : visite de la ville, salles de spectacles…
• Communauté de communes : médiathèque
• Ateliers d’écriture
Associations :
◦ « la boîte à malices » Ecrire la mémoire de la famille, des anciens, de la ville
◦ « 6 Thème D : Ecriture de chansons.
◦ « Participe pensée » : Ateliers philosophiques : oraliser puis organiser à l’écrit une pensée construite.
◦ Radio Sommières : écrire une chronique radio. Comprendre comment s’organise un discours.

Evaluation
• Taux d’élèves en grande difficulté ou bloqués à l’écrit d’après le diagnostic initial.
• Publication des travaux d’élèves et exposition.

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
Fiche de suivi et synthèses trimestrielles

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves :
• L’objectif de mise en place d’un accès facilité à l’écriture s’est concrétisé par une diminution dans les classes concernées d’élèves en situation de blocage complet face à l’écrit (le phénomène de « copie blanche » s’atténue). La participation et l’implication dans le travail s’est améliorée, notamment dans le travail en groupe (îlot, aide entre pairs….). Les élèves répondent plus vite et mieux aux consignes données, au-delà même parfois de ce qui était attendu.
• Le travail autour de l’épistolaire, de la lettre sous toutes ses formes a particulièrement bien fonctionné. C’est un support efficace qui permet à l’élève d’ancrer son écrit dans une situation concrète et un destinataire précis.
• La concrétisation des travaux des élèves à travers une restitution ouverte au public leur permet d’oublier pour un temps la contrainte scolaire pour favoriser l’atteinte d’un objectif commun. Ils écrivent sans s’en rendre compte.
• Le passage par la radio, la scène, la vidéo, tout support de mise en voix des textes permet de « faire entendre les mots » et donc de faire émerger une redécouverte d’une dimension du langage, celle de l’écriture journalistique ou poétique.
- Sur les pratiques des enseignants :
• à partir d’un projet impulsé par un binôme habitué à travailler ensemble
◦ proposition d’un travail plus collectif sur une problématique commune
◦ Motivation de l’équipe et adhésion des participants à un projet qui permettait à chacun de garder une certaine liberté tout en s’associant et en mutualisant ses expériences. La perspective de la mise en valeur commune des travaux a été un atout. Préparer des événements comme l’émission de radio ou l’exposition à plusieurs est un avantage (partage des tâches et réunions de préparation permettent une meilleure organisation).
• Les relations professionnelles ont évolué vers une relation d’équipe plus soudée et les rencontres dans l’année ont permis de mieux connaître les qualités de chacun.
- Sur le leadership et les relations professionnelles : Bémol : la communication collective reste à améliorer. Les collègues ne faisant pas partie de l’équipe du projet » n’étant pas forcément toujours informés des actions ou tardivement. Les relais de communication ont été difficiles à trouver, à mettre en place. Or, la communication à l’intérieur et à l’extérieur de l’établissement vers les partenaires (ville, écoles, associations…) est essentielle pour la résonance à donner au projet et la mise en valeur des travaux d’élèves, mais cela demande cependant beaucoup de temps.
- Sur l’école / l’établissement : -
- Plus généralement, sur l’environnement : Implication des familles dans le suivi et la réalisation du travail de leurs enfants.

Extrait du site Expérithèque : A la croisée des écritures

Répondre à cet article