> ACTEURS /POSITIONS > POSITIONS > Positions politiques > Présidentielle. Les propositions éducatives de 3 candidats les 4 et 5 février (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Présidentielle. Les propositions éducatives de 3 candidats les 4 et 5 février 2017 à Lyon : E. Macron, M. Le Pen, J.-L. Mélenchon (avec additifs)

6 février 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 17.02.17

Si il n’a pas encore dévoilé son programme, Emmanuel Macron a égrené une série de propositions depuis son entrée en campagne.

Education

Priorité au primaire. Le candidat souhaite mettre le paquet sur l’école primaire, car "c’est essentiellement sur ces années" que l’on "reproduit les inégalités sociales". Il propose ainsi de diviser par deux le nombre d’élèves dans les classes de CP en zone d’éducation prioritaire, grâce à la création de 12 000 nouvelles classes.

Autonomie des établissements. Le candidat à la présidentielle plaide pour davantage d’autonomie des établissements scolaires, "en particulier les collèges et les lycées". Il propose que les chefs d’établissement aient plus de marges de manoeuvre, "y compris en matière d’affectation des professeurs".

Carte scolaire. Pour favoriser la mixité sociale à l’école, Emmanuel Macron veut réformer la carte scolaire mais le contenu de son projet reste flou. Dans un entretien à L’Obs, il appuyait cette réforme sur l’exemple d’une mère de famille de Montpellier, qui lui a confié : "Moi, avec la carte scolaire, je n’ai pas le droit de mettre mon gamin à l’école en centre-ville, c’est injuste. Il n’y a plus de petits blonds dans nos écoles."

Extrait de lexpress.fr du 17.02.17 : Présidentielle... Que propose Emmanuel Macron

 

Additif du 09.02.17

La lecture des « 144 engagements » de Marine Le Pen (après celle des propositions du “Collectif Racine” qui est le “think tank” de Marine le Pen pour l’École), laisse un sentiment étrange à plus d’un titre.
D’abord, et c’est très dérangeant, parce que les propositions qui sont faites ont un air de familiarité tant elles ressemblent à certains discours tenus en “salle des profs”. Une enquête récente du CEVIPOF sur le vote des fonctionnaires montrait que les enseignants prêts à voter pour le Front National était près de 10% mais les idées ont à mon sens un écho bien plus large.
Ensuite, au delà des enseignants, ce discours est celui qu’on entend dans une bonne partie de l’opinion publique. Un discours fait de référence nostalgique à une école mythifiée, de verticalité et de « restauration » de l’autorité.

Extrait de philippe-watrelot.fr du 10.02.17 : L’école de Marine Le Pen ; une école injuste et inefficace

 

Emmanuel Macron

« Je paierai mieux les enseignants de ZEP »
« Je veux que dans nos écoles, nous puissions diviser par deux le nombre d’élèves par classe. En CP et en CE1, dans toutes les zones d’éducation prioritaire, je paierai beaucoup mieux les enseignants qui iront y travailler. Ils auront plus d’autonomie pour conduire leur projet. »

Extrait de lefigaro.fr du 04.02.17 : Le meeting de Macron à Lyon : la sécurité, l’emploi, son projet

 

Marine Le Pen

Présidentielle 2017 : les propositions pour l’éducation de Marine Le Pen

Marine Le Pen a publié son programme pour l’élection présidentielle de 2017. Voici les mesures qui intéressent l’éducation, sans commentaire ni mise en forme.

18. Lutter contre la délinquance des mineurs en responsabilisant les parents par la suppression du versement des aides sociales aux parents de mineurs récidivistes en cas de carence éducative manifeste.

55. Mettre en œuvre une vraie politique nataliste réservée aux familles françaises, en rétablissant l’universalité des allocations familiales et en maintenant leur indexation sur le coût de la vie. Rétablir la libre répartition du congé parental entre les deux parents.

81. Revaloriser le travail manuel par l’établissement de filières professionnelles d’excellence (suppression progressive du collège unique, autorisation de l’apprentissage à partir de 14 ans). Développer des lycées professionnels ou technologiques de la seconde chance sur tout le territoire pour les élèves sortis du système scolaire sans diplôme.

82. Créer un dispositif "premier emploi" qui exonère totalement de charges la première embauche d’un jeune de moins de 21 ans par une entreprise et ce pour un délai maximum de 2 ans.

83. Pour une vraie justice sociale, transférer aux établissements supérieurs d’enseignement général et professionnel la charge de trouver une offre de stage à chaque étudiant.

84. Étendre à la métropole le Service Militaire Adapté sur le modèle de celui en vigueur en Outre-mer.

90. Lancer un audit complet sur les structures d’accueil et de prise en charge des enfants afin de mettre un terme aux dérives constatées au sein de certaines d’entre elles. Réorganiser et améliorer les politiques d’aide sociale à l’enfance.

101. Assurer la transmission des connaissances par le renforcement des apprentissages fondamentaux (français, histoire, calcul). À l’école primaire, réserver la moitié du temps d’enseignement au français, à l’écrit comme à l’oral. Supprimer "l’enseignement des langues et cultures d’origine" (ELCO).

102. Faire de l’école un "asile inviolable où les querelles des hommes n’entrent pas" (Jean Zay), donc en y imposant non seulement la laïcité, mais également la neutralité et la sécurité.

103. Rétablir l’autorité et le respect du maître et instaurer le port d’un uniforme à l’école.

104. Revenir sur la réforme des rythmes scolaires.

105. Rétablir une véritable égalité des chances en retrouvant la voie de la méritocratie républicaine.

106. À l’université, passer d’une sélection par l’échec à une sélection au mérite. Refuser le tirage au sort comme moyen de sélection. Revaloriser les bourses au mérite. Défendre le modèle d’enseignement supérieur français, qui passe par la complémentarité de l’université et des grandes écoles.

107. Développer massivement l’alternance (contrat d’apprentissage, contrat de professionnalisation) dans l’artisanat, le secteur public et privé et rendre la formation professionnelle plus efficace, moins opaque et moins coûteuse.

108. Renforcer le réseau des écoles et des lycées français partout dans le monde.

112. Lancer un grand plan national de création de filières (lycées, universités) des métiers d’art dans nos territoires et implanter un réseau de pépinières d’artistes sur tout le territoire. Restaurer une véritable éducation musicale généraliste dans les établissements scolaires.

Son site ici

Extrait de touteduc du 05.02.17 : Les propositions pour l’éducation de Marine le Pen

 

Jean-Luc Mélenchon

[…] Alors que Marine Le Pen prône la fin de l’éducation gratuite pour les enfants d’immigrés, M. Mélenchon préconise notamment une scolarité obligatoire et gratuite de « 3 à 18 ans », une refonte de la carte scolaire et la création d’une « allocation d’autonomie d’études ».

[…] « Comment se fait-il que dans notre pays, nous ayons 2 millions de personnes dans l’illettrisme ? », s’est-il interrogé, avant de proposer de « consacrer 1 % de la richesse du pays à la culture ». Et d’ajouter à l’adresse du candidat d’En marche ! : « Monsieur Macron veut faire des chèques culture. Mais la culture, il faut la produire ! »

Extrait de lemonde.fr du 05.02.17 : Jean-Luc Mélenchon et son hologramme défient Marine Le Pen

 

[...] Jean-Luc Mélenchon s’attaque au thème de l’éducation. "Que ce meeting soit aussi un hymne pour la France, fille ainée de la Sécurité sociale et de l’école laïque", lance le candidat. "L’éducation, c’est le partage du savoir !"

Il s’attaque à son adversaire du Front national : "Où est-ce que Madame Le Pen a pu avoir l’idée de ne plus enseigner aux enfants d’étrangers ?" Il promet de son côté garantir la gratuité de l’école et propose "une allocation d’automomie pour ceux qui suivent une formation qualifiante".

"Nous prérecruterons des jeunes à 16 ou 17 ans qui veulent être enseignants et nous leur verserons un salaire", promet-il encore.

Extrait delefigaro.fr du 05.02.17 : En direct le meeting de Mélechon

Répondre à cet article