> 7 - DISPOSITIFS, VIE SCOLAIRE, ÉVALUATION... > ORIENTATION > Découverte professionnelle (Action au collège) > B* Création d’une mini entreprise avec des élèves de 4e et 3e, en association (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Création d’une mini entreprise avec des élèves de 4e et 3e, en association avec EPA (Entreprendre Pour Apprendre), au collège REP Brassens de Narbonne

23 janvier 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Mini entreprise - en association avec EPA Languedoc -Roussillon

Collège [REP] Georges Brassens
1 RUE DE L’ALZEAU , 11100 NARBONNE
Site du collège
Auteur : Emeline Labussière

Mél : emeline.labussiere@ac-montpellier.fr

Un groupe d’élèves crée une entreprise réelle et la font vivre et prospérer sous tous ses aspects : de l’idée de produit ou de service, à sa conception et à sa vente, les élèves gèrent tout !

Plus-value de l’action
En donnant les manettes aux élèves, leur implication est totale ; ils ont à coeur de faire connaitre leur travail, même au-delà de l’enceinte de l’établissement. Ainsi, ils impliquent et informent également leur entourage, communiquent avec tous les acteurs du collège.

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
13 élèves volontaires de 4ème et 3ème

A l’origine
Plusieurs constats ont motivé le démarrage du projet :
• le manque de connaissance des élèves sur la réalité du monde de l’entreprise couplé à un manque de confiance en eux, engendrent chez certains de gros doutes quant à leur orientation
• La vie scolaire ne proposait que peu de projets pédagogiques, et la relation entre les enseignants et les AED/CPE n’était pas assez développée.

Objectifs poursuivis
• Réaliser un objet conçu et produit par les élèves
• Participer au championnat des mini-entreprises
• faire partager les valeurs citoyennes au sein d’une communauté scolaire élargie, en faisant connaitre l’action à l’extérieur du collège, notamment auprès des parents d’élèves mais aussi des chefs d’entreprises du secteur géographique
• conduire tous les élèves à la maîtrise du socle commun en utilisant une démarche pédagogique innovante

Description
Avec l’appui technique et légal de l ‘association Entreprendre Pour Apprendre, un groupe de 13 élèves volontaires de 4ème et 3ème créent une entreprise, et en gèrent tous les aspects. Ensemble ils doivent déterminer le produit qu’ils désirent mettre en vente, réaliser des études de marché, lever des fonds (500 euros maximum au démarrage), assurer la production, le service clientèle, la stratégie marketing, tenir à jour tous les documents légaux et financiers. Nous avons choisi également de faire appel à des professionnels extérieurs au collège pour mener des entretiens de recrutement afin de répartir les élèves dans les différents services qui composent la mini-entreprise : service financier, marketing, administratif, direction générale...

Une fois répartis dans les services, le travail s’effectue par groupes, chaque groupe ayant des tâches différentes à réaliser selon la phase dans laquelle se trouve l’entreprise, tout en coordonnant leur action par une communication constante entre les services. Le produit fini doit être réalisé par les élèves ou sous-traité par un moyen trouvé par les élèves, puis la vente doit être organisée.
Les mini-entrepreneurs doivent également se préparer à participer au championnat des mini-entreprises, ce qui implique un important travail sur les compétences orales des élèves. La mini-entreprise doit être clôturée avant le championnat et présenter un bilan positif : elle doit avoir gagné plus qu’elle n’a dépensé.

Modalité de mise en œuvre
• Les mini-entrepreneurs travaillent 3 heures par semaine sur le projet ; leurs emplois du temps permet à tous d’être présents la première heure, puis des groupes différents sont présents sur les heures suivantes
• L’AED (Blandine Pascal) et l’enseignante (Emeline Labussière) références sont présentes à chaque heure de travail. Les enseignantes associées au projet (Mélanie Scotto d’Appolonia, professeur de mathématiques, et Claudine Soler, professeur de lettres modernes) interviennent plus ponctuellement lorse leurs compétences sont requises (calculs de coûts de revient, rédaction de lettres de motivation...)
• Les enseignants et AED référents prennent en charge des services qui correspondent à leurs domaines de compétences pour mieux guider les élèves dans le projet
• Les ressources pédagogiques ainsi que le planning sur l’année sont donnés (à titre indicatif) par l’association Entreprendre Pour Apprendre. L’année est ainsi divisée en différentes phases qui déterminent le travail des élèves, différent selon les services dans lesquelles ils oeuvrent, mais toujours en concertation. L’élève désigné au poste de Directeur Général coordonne le travail avec l’appui des AED et professeurs référents

Trois ressources ou points d’appui
• Tous les documents produits par les élèves sont publiés sur l’intranet collaboratif d’Entreprendre Pour Apprendre, et leurs auteurs identifiés
• La réussite du projet sera bien sûr validée par le résultat financier de la mini-entreprise, et son succès au championnat
• L’implication des élèves dans l’action sera valorisée dans le nouveau livret scolaire

Difficultés rencontrées
Les élèves n’ont pas l’habitude qu’on leur donne des responsabilités ! Certains hésitent à prendre des initiatives ou à exprimer leurs idées, ils recherchent l’approbation des professeurs et AED référents. Le collège ne possédant pas de matériel technique, la phase de production pourrait poser également problème.

Moyens mobilisés
• 3 heures par semaine ont été libérées pour la poursuite du projet, autant pour les élèves que pour les professeurs et AED concernés, grâce à des HSE et IMP dédiées.
• 1 salle de technologie mise à disposition le jeudi après-midi pour la mini-entreprise
• Matériel divers mis à disposition des mini-entrepreneurs : imprimante, téléphone, matériel de bureau

Partenariat et contenu du partenariat
L’association EPA fournit les outils pédagogiques utilisés durant les séances, et offre également le support légal nécessaire au fonctionnement de la mini-entreprise : publication des statuts, compte bancaire

Evaluation
• Evaluation des compétences du socle commun, disciplinaires et transversales, tout au long de la réalisation du produit
• Evaluation des compétences orales et des savoirs-être des élèves lors de la préparation et du championnat des mini- entreprises (préparation sur support vidéo pour permettre aux élèves de visualiser leur progression)
• Evaluation de la visibilité de l’action menée au collège par le retour et l’implication des parents d’élèves ainsi que par les retombées presse.

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
• Evaluation des compétences du socle commun, disciplinaires et transversales, tout au long de la réalisation du produit
• Evaluation des compétences orales et des savoirs-être des élèves lors de la préparation et du championnat des mini- entreprises (préparation sur support vidéo pour permettre aux élèves de visualiser leur progression)
• Evaluation de la visibilité de l’action menée au collège par le retour et l’implication des parents d’élèves ainsi que par les retombées presse.

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : Tous les élèves du groupe prennent leur fonction à coeur et se découvrent des compétences qu’ils ne soupçonnaient pas. La collaboration entre eux se met en place au fil de l’action. La grande diversité de tâches mises en oeuvre au long de l’expérience permet à chacun d’avoir un rôle prépondérant suivant les étapes : certains élèves sont en observation lors de phases qui les intéressent peu, puis entrent dans l’action quand ils sentent que leur participation fait avancer les choses. Une progression dans leur savoir-être et savoir-faire est visible très tôt dans l’expérience. L’effet sur leurs savoirs scolaires reste à évaluer.
- Sur les pratiques des enseignants : Sortie du contexte de classe, travail en interdisciplinarité. En travaillant sur une situation très concrète, les savoirs scolaires sont mis en application activement par les élèves et prennent du sens Une relation de confiance et de proximité s’instaure entre les AED, les professeurs et les élèves. La transmission des savoirs n’est plus « verticale » mais s’effectue au fur et à mesure des besoins exprimés par les élèves, en collaboration avec leurs professeurs
- Sur le leadership et les relations professionnelles : Une AED étant à l’origine du projet, et très impliquée dans sa réalisation, dès le début de l’action c’est non seulement le travail en interdisciplinarité qui est favorisé, mais également la coopération entre les services du collège qui est renforcée. C’est un des point forts de ce projet qui doit absolument être mis en avant : Les rôles de la vie scolaire et du corps enseignant auprès des élèves sont différents mais vont dans le même sens, au service de la réussite et du bien-être des élèves. Renforcer la communication et la cohésion de tous ses services est une plus-value considérable pour l’établissement.
- Sur l’école / l’établissement : Les mini entrepreneurs sont très impliqués dans la réussite de leur projet et communiquent beaucoup auprès de leurs camarades pour le faire connaitre. Ils sollicitent leurs enseignants pour obtenir des conseils ou pour lever des fonds. Ils apprennent à communiquer avec tous les services de l’établissement (direction, personnels de service, vie scolaire...) pour réaliser leurs actions
- Plus généralement, sur l’environnement : Les parents des mini-entrepreneurs soutiennent l’initiative et y participent (financièrement, techniquement, par leurs conseils et leurs encouragements). Le dialogue parent-enfant est renforcé, la lisibilité des actions du collège est meilleure. Des intervenants professionnels extérieurs entrent dans l’établissement (recruteurs, parrain de la mini-entreprise...), réduisant ainsi la distance entre le monde scolaire et le monde professionnel

Extrait du site Expérithèque : MINI ENTREPRISE - en association avec EPA Languedoc -Roussillon

Répondre à cet article