> ACTEURS /POSITIONS > POSITIONS > Positions syndicales > Education prioritaire : Le SGEN demande les indemnités pour tous les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Education prioritaire : Le SGEN demande les indemnités pour tous les personnels contractuels non enseignants : assistants d’éducation, personnels de santé et sociaux, conseillers pédagogiques et secrétaires de circonscription...

24 avril 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Communiqué de presse

Le dispositif indemnitaire que le ministère propose pour les personnels de l’éducation prioritaire présente des avancées significatives pour ceux qui vont en bénéficier. Mais il n’est pas acceptable qu’il oublie sciemment certaines catégories de personnels comme les assistants d’éducation, les contractuels non enseignants, les conseillers pédagogiques (CPC) et les secrétaires de circonscription. Le Sgen-CFDT ne peut admettre que, en particulier, les personnels les moins favorisés soient les moins prioritaires !

Cependant, le Sgen-CFDT se félicite d’avoir obtenu un régime indemnitaire qui représente un effort d’équité significatif pour les personnels administratifs, techniques, sociaux et de santé, les conseillers principaux d’éducation, les personnels de direction, les personnels d’enseignement (titulaires et non titulaires).

De même, le maintien pendant trois ans des indemnités en cas de sortie de l’éducation prioritaire répond à une revendication du Sgen-CFDT. La refonte de la carte de l’éducation prioritaire ne doit pas avoir un impact négatif sur les personnels.

En revanche, exclure du régime indemnitaire tous les personnels contractuels non enseignants contredit dramatiquement le message d’ensemble qui voulait unifier la communauté éducative de ces établissements.
Comment peut-on justifier, par exemple, que les Assistants d’éducation (AED), qui sont en contact direct avec les élèves et leurs difficultés, ne bénéficient d’aucune mesure indemnitaire ? Comment peut-on justifier que les personnels contractuels administratifs, de santé et sociaux, qui font le même travail que leurs collègues titulaires, soient privés de toute forme de reconnaissance ?
De même, exclure les conseillers pédagogiques et les secrétaires de circonscription d’un régime indemnitaire qui va bénéficier à leur IEN est incompréhensible pour ces personnels.

De tels écarts vont créer le malaise dans les établissements d’éducation prioritaire. C’est pourquoi le Sgen-CFDT continue à exiger que tous les personnels exerçant en Éducation Prioritaire, quel que soit leur statut, bénéficient du nouveau régime indemnitaire.

Extrait de cfdt.fr du 23.04.15 : Education prioritaire : Les oubliés du nouveau tégime indemnitaire

Répondre à cet article