> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > TYPE DE DOCUMENT > RAPPORT OFFICIEL > Rapport de "Conseil" : Cnesco, Csen, Cnv, Hce, Csp... > Evaluation des élèves. Le rapport du jury fait une recommandation sur "la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Evaluation des élèves. Le rapport du jury fait une recommandation sur "la communication avec les familles", notamment celles les plus éloignées de l’école

14 février 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Conférence nationale sur l’évaluation des élèves
Rapport du jury

Sommaire
PRÉSENTATION DU PROBLÈME POSÉ
RECOMMANDATION Nº 1
À propos de la formation des professeurs
RECOMMANDATION Nº 2
À propos des modes d’évaluation en phase d’apprentissage
RECOMMANDATION Nº 3
À propos de la place et du rôle de la notation chiffrée
RECOMMANDATION Nº 4
À propos de la communication avec les familles
RECOMMANDATION Nº 5
À propos de la politique d’évaluation dans
les écoles et les établissements scolaires
RECOMMANDATION Nº 6
À propos de l’orientation des élèves
RECOMMANDATION Nº 7
À propos du diplôme national du brevet
REMARQUES FINALES
LA COMPOSITION DU JURY

 

RECOMMANDATION Nº 4
À propos de la communication avec les familles
Cette recommandation a recueilli 21 voix pour, 7 voix contre et 3 abstentions

Évaluer est un geste professionnel des enseignants qui doit avant tout être compris des élèves.
Mais dans la majorité des cas, les évaluations sont aussi le premier point d’entrée des parents dans la scolarité de leurs enfants. À ce titre, elles peuvent être sources d’incompréhensions.
Les rencontres entre les parents et les professeurs sont en principe l’occasion d’expliquer aux familles les méthodes utilisées pour évaluer les élèves. Toutefois, le fait que les parents les plus éloignés de l’école, et ceux dont les enfants rencontrent le plus de difficulté scolaires, fréquentent peu les réunions institutionnelles, constitue en la matière un écueil important.
Il existe même des situations faisant apparaître une véritable « fracture culturelle » entre l’école et les familles qui ne connaissent ni ses codes ni ses règles.
La seule communication ou mise en ligne de notes brutes sur les espaces numériques de travail, dont les parents sont informés parfois avant leur enfant, n’apporte pas la richesse d’information que donnerait un travail explicitement annoté et peut donc engendrer des inquiétudes.
L’expérience montre également que les listes de compétences parfois sommairement évaluées en tout ou rien ne sont pas toujours compréhensibles. Il y a donc un travail à mener sur la signification et l’importance que l’on donne à l’évaluation, que celle-ci soit quantitative
ou qualitative, sur l’accueil de tous les parents dans les établissements scolaires et écoles, et sur l’utilisation des espaces numériques de travail.

Afin de permettre à tous les parents de mieux saisir les modalités d’évaluation de leurs enfants, le jury recommande que les méthodes et les critères utilisés leur soient clairement expliqués grâce à une communication spécifique et adaptée à la diversité des familles.
En particulier, le vocabulaire utilisé pour définir les différents types d’évaluation - formative ou sommative – devrait faire l’objet d’une explicitation claire afin que les parents comprennent bien les enjeux qui leur sont liés et se sentent concernés par le parcours scolaire de leur
enfant.
À cette fin, un guide de l’évaluation, conçu et édité par le ministère de l’Éducation nationale, serait le bienvenu. Mais il ne saurait suffire : le jury ne peut que recommander que, parallèlement à cette démarche globale, des actions spécifiques de recherche de dialogue soient engagées dès que la situation de tel ou tel élève réclame davantage de concertation
entre l’école et sa famille, en vertu du principe qui veut que pour être écouté (ou pour que la règle soit écoutée), il faut accepter d’écouter.
Par le biais de cette communication, chaque établissement scolaire ol’évaluation, dans le respect de la liberté pédagogique des enseignants et du cadre qui aura été fixé par le ministère de l’Éducation nationale.
Le jury pense enfin qu’il serait utile de s’appuyer localement sur les ressources que constituent les représentants de parents d’élèves et les associations de parents, mais aussi sur le milieu associatif concerné.

NB : À propos de cette recommandation, un petit nombre de membres du jury auraient voulu qu’on explicitât davantage les différents moyens qui permettraient d’instaurer une plus grande confiance entre les parents et les enseignants, à commencer par une meilleure formation des enseignants aux techniques de communication. Ils souhaiteraient également que les parents soient davantage associés, selon des formes qui ont fait débat dans le jury, à la vie scolaire.

Lire le rapport du jury (19 p.)

 

Voir aussi

lemonde.fr du 13.02.15 : Evaluation des élèves : la ministre à l’heure du choix

Répondre à cet article