> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > TYPE DE DOCUMENT > COMMUNICATION GOUVERNEMENTALE > Vincent Peillon attend la remontée des propositions des Assises de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Vincent Peillon attend la remontée des propositions des Assises de l’éducation prioritaire avant d’annoncer les orientations de ce qui sera "une véritable priorité nationale"

20 décembre 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

A l’aube de la nou­velle année, Vincent Peillon, ministre de l’éducation natio­nale, dresse le bilan des pro­jets en cours et évoque ceux à venir. Il nous livre aussi sa vision idéale du métier enseignant.

[...] Alors que les assises de l’éducation prio­ri­taire sont en cours, quels chan­ge­ments pour­raient être envi­sa­gés pour les ensei­gnants en zones difficiles ?

Les ensei­gnants qui exercent dans l’éducation prio­ri­taire sont confron­tés aux dif­fi­cul­tés sociales et sco­laires de leurs élèves ; ils font preuve d’un enga­ge­ment excep­tion­nel et sou­vent d’une grande capa­cité à mettre en œuvre des péda­go­gies inno­vantes. Malgré cela, nous devons mesu­rer à quel point notre sys­tème éduca­tif n’arrive pas à lut­ter contre les déter­mi­nismes socio­lo­giques : les tests PISA sou­lignent que nous sommes le pays déve­loppé dans lequel l’origine sociale est le plus déter­mi­nante pour la réus­site scolaire.

Pour don­ner un nou­veau souffle à l’éducation prio­ri­taire, nous avons choisi d’associer les ensei­gnants de ces réseaux à notre réflexion, car ce sont eux qui savent le mieux ce dont leurs élèves ont besoin et de quelle manière nous pou­vons agir ensemble pour les faire tous réus­sir. Pour cette rai­son, nous avons engagé une démarche de concer­ta­tion, avec des assises aca­dé­miques ou inter­aca­dé­miques qui se tiennent cet automne. J’attends avec beau­coup d’intérêt les pro­po­si­tions qui en émane­ront, avant d’annoncer, en jan­vier, les orien­ta­tions de notre poli­tique visant à faire de l’éducation prio­ri­taire une véri­table prio­rité nationale.

J’ai d’ores et déjà annoncé, dans le cadre des dis­cus­sions sur les métiers, que la charge de tra­vail spé­ci­fique à l’exercice du métier d’enseignant dans cer­tains réseaux serait recon­nue : nous créons une pon­dé­ra­tion de 1,1 pour le cal­cul des ser­vices des ensei­gnants du secon­daire (1h de cours vaut 1,1 heure), et pro­po­se­rons un dis­po­si­tif équi­va­lent pour les ensei­gnants du pre­mier degré.

De nom­breux dis­po­si­tifs péda­go­giques donnent, dans cer­tains réseaux d’éducation prio­ri­taire, des résul­tats remar­quables ; nous devrons nous don­ner les moyens de dif­fu­ser et de géné­ra­li­ser ces pra­tiques au plus grand nombre d’écoles et d’établissements.

Extrait de vousnousils.fr du 19.12.2013 : Vincent Peillon : "On ne réforme pas l’éducation nationale sans les enseignants"

 

Note du QZ : (*) Les propositions émanant des Assises sont d’ores et déjà en ligne sur le site de l’’OZP

Bilan actuel des Assises inter-académiques de l’éducation prioritaire pour toutes les académies (sauf Guadeloupe, Guyane, Lille, Martinique)

Assises locales de l’éducation prioritaire par réseau : les synthèses pour toutes les académies (sauf Guadeloupe et Mayotte)

Répondre à cet article