> 6 - ACTEURS et POSITIONS > POSITIONS > Positions syndicales > Conférence de rentrée. Le SE-Unsa évoque l’éducation prioritaire et insiste sur (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Conférence de rentrée. Le SE-Unsa évoque l’éducation prioritaire et insiste sur "plus de maîtres que de classes" et sur la scolarisation des moins de trois ans

29 août 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour le syn­di­cat SE-Unsa, qui don­nait ce matin sa confé­rence de ren­trée, la rup­ture mar­quée par la ren­trée 2013 avec les 5 années pré­cé­dentes est appré­ciable, mais les retom­bées de la poli­tique de Peillon sont encore peu concrètes pour les personnels.

[...] Le secré­taire géné­ral a égale­ment annoncé la tenue d’Assises locales pour la refonte de l’éduca­tion prio­ri­taire, qu’il juge nécessaire.

Extrait de vousnousils.fr du 28.08.13 : Rentrée 2013 : encore peu d’améliorations visibles pour les personnels (SE-Unsa)

 

[...] "On revient à une école répu­bli­caine, à la confiance redon­née aux ensei­gnants, à la recons­truc­tion de leur for­ma­tion, à la prio­rité du pri­maire", avec la relance de l’accueil des enfants de moins de trois ans et le dis­po­si­tif "plus de maîtres que de classes" pour appor­ter une aide sup­plé­men­taire aux enfants les plus en dif­fi­culté, s’est-il réjoui.

Extrait de vousnousils.fr du 28.08.13 : Une rentrée sous le signe de l’apaisement (syndicat)

 

[...] Pour le Se-Unsa, les enseignants "n’ont pas d’enthousiasme " pour la refondation car celle ci n’a pas encore de retombées concrètes sur les conditions de travail et de rémunération, même s’il croit déceler "un début de desserrement du caporalisme". Mais "on entre dans le temps des personnels" du fait des chantiers ouverts par V. Peillon. Ils sont de taille puisque le ministre a ouvre des discussions sur le métier d’enseignant, le collège, l’enseignement prioritaire, les programmes, le socle.

Pour le Se-Unsa, "le système ne changera que si les enseignants s’approprient le changement". A Vincent Peillon de faire le nécessaire. "Il faut ouvrir les décrets de 1950" affirme le Se-Unsa de façon à aligner le métier redéfini à la réalité de son exercice. Là dessus rien ne semble faire peur au Se-Unsa ni l’annualisation des services, ni le corps unique enseignant qui serait un remède aux difficultés de mutation et de carrière. Mais "si on demande aux enseignants de nouvelles activités il faudra donner du grain à moudre". Mais C Chevalier a un doute sur la capacité de V. Peillon à trouver de nouveaux moyens.

Extrait de [cafepedagogique.net du 28.08.13 : Pour le Se-Unsa c’est "le temps des personnels"

 

[...] "Monsieur ou madame Lambda, parents d’élèves du primaire ou du secondaire, mais même nos collègues enseignants, ne vont pas véritablement voir la différence, si ce n’est dans les quelques endroits où on aura amorcé" le "plus de maîtres que de classes" ou la relance de la scolarisation des moins de trois ans dans les zones difficiles, estime M. Chevalier.

Extrait de leparisien.fr du 29.08.13 : Première rentrée scolaire préparée par la gauche

&nbsp :

Voir aussi : Assises. Les propositions du SE-Unsa sur la géographie prioritaire et les conditions d’exercice en ZEP (Dossier "Refonder l’éducation prioritaire", Enseignants, juin-juillet 2013), avec une interview de Marc Douaire, président de l’OZP

 

Voir les autres positions syndicales de la rentrée 2013 sur l’éducation prioritaire

Répondre à cet article